Le directeur du Théâtre des Champs-Élysées révèle les coulisses de la programmation des Noces de Figaro de Mozart.

Pourquoi programmer Les Noces de Figaro en version de concert ?

C’est une particularité dans la programmation du Théâtre des Champs-Élysées. Nous proposons entre vingt et vingt-cinq productions d’opéras en version de concert chaque année. Les Noces s’y prêtent particulièrement bien car la musique est inventive et descriptive. À elle seule, elle comporte déjà sa propre mise en scène. C’est un privilège que de pouvoir collaborer avec l’Orchestre de chambre de Paris qui réalise un vrai travail de fond dans ce répertoire.

La prise de risque est l’un des aspects les plus excitants du métier

Pourquoi cette volonté de faire appel à des jeunes chanteurs ?

L’une des missions de la Caisse des dépôts, propriétaire et soutien du Théâtre des Champs-Elysées, est d’accompagner les jeunes talents et favoriser leur insertion professionnelle. C’est une volonté artistique de ma part. Le Garsington Opera est connu pour engager de jeunes chanteurs et, quand Nicolas Droin m’a parlé de ce projet, j’ai tout de suite été séduit par l’idée. La prise de risque m’intéresse. Quand nous avons commencé avec Philippe Jaroussky, Marie-Nicole Lemieux ou Hélène Grimaud, ils n’étaient pas connus. C’est l’un des aspects les plus excitants du métier ! Et cela crée une relation de fidélité avec les artistes.

Pouvez-vous dire un mot sur cette production très britannique ?

Dans la mesure où il s’agit d’une collaboration avec le Garsington Opera, cela me semblait normal d’avoir un plateau vocal anglais ! D’ailleurs, certains ont déjà chanté ici. Je connais déjà Jennifer France, Joshua Bloom, Kirsten MacKinnon… Un casting de grande qualité.

 

Propos recueillis par Elsa Fottorino
Michel Franck © J-M. Pettina

 

Cet article est extrait du magazine de l’Orchestre de chambre de Paris

 

Mardi 27 juin à 19 H 30 au Théâtre des Champs-Élysées : Mozart – Les Noces de Figaro

Coproduction Orchestre de chambre de Paris / Théâtre des Champs-Élysées En collaboration avec le Garsington Opera