C’est bien connu, la musique de chambre est l’oxygène des musiciens d’orchestre, l’espace de pleine liberté où ils se ressourcent, creusent les subtilités des partitions, puisent l’énergie, l’enthousiasme et l’exigence qu’ils mettront ensuite au service du répertoire symphonique.

À l’Orchestre de chambre de Paris, dont le projet artistique accorde une place centrale à l’équilibre entre inspirations individuelles et cohérence organique, cette circulation entre petits et grands effectifs revêt une importance plus grande encore. Aussi, les artistes élaborent pour vous ces programmes, où ils se retrouvent par affinités musicales, vous conviant chaque fois à un voyage selon leur sensibilité. L’occasion d’une rencontre avec eux dans un cadre plus intimiste que celui des grands concerts, dans la proximité des instruments, du son, de l’échange, du partage. Ce vagabondage musical peut prendre une forme libre, au gré des correspondances que les oeuvres leur suggèrent entre elles. À l’inverse, il peut suivre un chemin thématique illustrant un style, une époque, une idée. Quand il ne prend pas d’étonnants chemins de traverse, car certains des musiciens vous révéleront aussi leurs talents d’arrangeurs et de compositeurs ! – Vincent Agrech

La nouvelle saison de musique de chambre commence bientôt, avec deux concerts ce mois-ci : Le Nouveau Monde lundi 14 octobre au Théâtre 13, et D’Indy et Fauré, l’élégance française, samedi 19 octobre à la Salle Cortot. 

ENTRETIEN AVEC DEBORAH NEMTANU, VIOLON SOLO SUPER SOLISTE