Étienne Cardoze, violoncelliste, nous raconte l’arrivée en Palestine pour animer un stage d’été auprès de jeunes musiciens en collaboration avec l’association Al Kamandjâti.

 

Après un long voyage Paris/Montpellier/Paris/Tel Aviv (Montpellier pour le dernier concert de la saison de l’orchestre),  Aurélie Deschamps, Hélène Lequeux et moi sommes finalement arrivés à Bir Zeit (près de Ramallah) vers une heure du matin il y a trois jours. La journée du lendemain était consacrée (dès neuf heures !) à des répétitions dites « partielles », séances où les musiciens rentrent dans le détail de la partition par familles d’instruments : vents tous ensemble, violons et alto d’un côté (Aurélie représentant à elle seule le « pupitre » d’alto ce jour-là) et violoncelles et contrebasses de l’autre.

L’après-midi fut consacré à la première lecture de la 7ème Symphonie de Beethoven qui nous accompagnera jusqu’au 31 juillet à travers quatre villes différentes de la Palestine : Djénine, Jérusalem, Naplouse et Bir Zeit.

Chaque année, le profil de « Orchestra Ramallah » se modifie sensiblement. Nous avions apporté notre soutien à une magnifique rencontre entre les membres de l’orchestre des jeunes du Bayerische Rundfunk et les jeunes musiciens d’Al Kamandjâti en 2015 avec la Symphonie Pastorale de Beethoven. L’équipe de la session 2016 est plus centrée autour des Palestiniens qui forment l’ossature des cordes de l’orchestre. Une jeune, talentueuse et joyeuse « bande » de musiciens toulousains constitue une partie importante de l’harmonie à laquelle s’ajoute l’habituel apport international de Danois, Américains, Espagnols, Belges, etc.

La journée d’hier (le 23 juillet) s’est poursuivie avec des répétions en tutti, plutôt prometteuses, sous la direction de Diego Masson. Nous avons également effectué une première lecture de la suite de chants populaires palestiniens arrangée pour l’Orchestre de chambre de Paris et Al Kamandjâti par Florent Pujuila en septembre dernier à l’occasion de la fête de l’Humanité.

La deuxième lecture a eu lieu aujourd’hui en compagnie de l’ensemble oriental. Voici un petit aperçu de l’ambiance de travail autour du CD du concert de septembre (voir la vidéo ci-dessus). On apréciera le contraste entre le sérieux des protagonistes, partitions en main et la diffusion de la pièce, portes de voiture grandes ouvertes sur le parking de Djebel Nijma