Retour par des stagiaires de 3ème sur le concert avec Antoine Tamestit au Théâtre des Champs-Élysées

20 janvier 2017 / Concerts

Aux alentours de 20 heures le mardi 17 janvier 2017, le concert débuta par la Symphonie n°4 en ré majeur composée par Mozart.

Pour avoir assisté aux répétitions nous pouvons affirmer que l’interprétation était tout autre, au niveau de l’expression et de l’acoustique.

Par la suite Schnittke avec le Monologue pour alto et orchestre à cordes était pour le moins spécial, la sonorité rendait l’œuvre appréciable par rapport aux caractères contemporains très présents durant la pièce. Cette œuvre pouvait paraître difficile pour certains, mais pour d’autres, elle pouvait être appréciée, bien qu’un peu trop longue pour nous.

Juste avant l’entracte, Telemann avec son Concerto pour alto et orchestre en sol majeur, une sorte de voyage dans le temps entre le contemporain et le baroque, très bien interprété par l’orchestre ayant pour soliste et chef d’orchestre Antoine Tamestit.

Pendant l’entracte nous avons eu l’honneur d’aller dans les coulisses pour observer l’envers du décor, les déplacements des musiciens, les travaux fournis par les régisseurs.

Après une quinzaine de minutes d’entracte les spectateurs retournèrent un par un à leurs places. Les musiciens firent de même et reprirent avec une Symphonie concertante pour violon, alto et orchestre en mi bémol majeur de Mozart. Au violon solo nous avions Deborah Nemtanu puis comme précédemment à l’alto solo Antoine Tamestit.

Après plusieurs minutes d’acclamation nous avons eu la chance d’assister à une polka de Schnittke en bis qui a été appréciée par la majeure partie du public à en croire les applaudissements incessants.

Le saviez-vous ?
– Lors du concert de l’Orchestre de chambre de Paris le mardi 17 janvier 2017 au théâtre des Champs-Élysées à Paris, Antoine Tamestit (soliste alto) jouait sur un alto de Stradivarius de 1672 prêté par la fondation Habisreutinger.
– Le premier morceau interprété par l’orchestre est une symphonie en l’occurrence la n°4 en ré majeur qui a été écrite par Mozart à l’âge de 8 ans.
– Le compositeur Georg Philipp Telemann fit la connaissance de Jean-Sébastien Bach à Eisenach. Etant de grands amis, Telemann devint par la suite le parrain de Carl Philipp Emanuel le second fils de Bach, ce qui montre la complicité des deux hommes.
– La particularité de ce concert est qu’il n’y avait pas de chef d’orchestre, en effet Antoine Tamestit jouait d’une part en soliste et d’autre dirigeait l’orchestre.

Sébastien Baumard et Lancelot Ferré élèves de 3ème en Stage d’observation