Lorenda Ramu vous raconte son expérience de médiatrice sur les concerts de musique de chambre. 

À l’issue de la formation à la médiation au Conservatoire de Paris et dans le cadre du partenariat avec l’Orchestre de chambre de Paris, j’ai l’opportunité de présenter des concerts de musique de chambre depuis 2014. Outre la recherche musicologique que ce travail implique, il m’a semblé essentiel d’être en contact avec les musiciens et de suivre une de leurs répétitions en amont. J’ai pu capter leur énergie, la passion qui a animé le choix d’un programme et entendre leurs options d’interprétation.

La médiation, c’est inviter le public à partager l’expérience d’une écoute vivante, tout en lui donnant les clés pour s’orienter dans les œuvres, apprécier le langage d’un compositeur et accroître le plaisir d’explorer un terrain sonore devenu désormais plus familier.
Au fil des médiations, j’ai apprécié l’attention particulière que le service des publics de l’orchestre apportait lors de la préparation de mes présentations. J’ai rencontré des musiciens heureux et engagés, avides de découvertes et de partage. J’ai parlé devant des auditeurs toujours nombreux, curieux et attentifs. J’ai été moi-même séduite par des répertoires nouveaux et je me suis sentie être au cœur de la rencontre du travail des musiciens avec la sensibilité du public. J’espère avoir permis à l’émotion ressentie lors du concert de devenir encore plus intense.