Tous les chefs vous le diront : la pratique chambriste est essentielle pour un orchestre car elle favorise l’écoute mutuelle, qualité indispensable au sein d’une formation, quels que soient ses effectifs. Par ailleurs, quand on compte dans ses rangs des musiciens de la trempe de ceux de l’Orchestre de chambre de Paris, il serait dommage de s’en priver. Dans les écrins éminemment favorables qu’offrent la salle Cortot et les deux salles du Théâtre 13, cette saison de musique de chambre propose la plus grande diversité esthétique pour des voyages sonores passionnants. Les découvertes sont nombreuses (un voyage de Paris à Rio ou des programmes réjouissants comme Les bois se déchaînent ou Trompette à l’honneur), sans que soient délaissés pour autant les tubes (un superbe florilège d’airs baroques, sans oublier les Concertos brandebourgeois, les grandes partitions classiques et romantiques telles que les quatuors de Mozart et Haydn, le Quintette de Brahms ou encore l’Octuor en fa majeur de Schubert). Les mélomanes ont l’occasion de parcourir plusieurs siècles de répertoire dans des interprétations de haut vol.

 

 Consulter la saison de musique de chambre 18/19