Back
Scène ouverte à Julien Chauvin et au Concert de la Loge

Musique à cour et jardin

Scène ouverte à Julien Chauvin et au Concert de la Loge

Hôtel de Sully

Monday 5 July 2021 20 h

Buy tickets (nouvelle fenêtre)

De 5 à 10 €

Program

HAENDEL
Water Music, suite n° 3 (extraits)

VIVALDI 
Concerto pour flûte n° 2 en sol mineur « La Notte » RV439

BACH 
Concerto pour violon et hautbois en do mineur BWV 1060r

VIVALDI 
Concerto pour violon n° 2 « L’été », extrait des Quatre Saisons RV315
Concerto pour violoncelle en ré mineur RV407
Concerto pour basson en do majeur RV477

Artists

  • Julien Chauvin direction et violon
  • Concert de la Loge
  • Félix Knecht violoncelle
  • Tami Krausz flûte
  • Gabriel Pidoux hautbois
  • Javier Zafra basson

About

Soutenu par la Ville de Paris et la Direction régionale des affaires Culturelles/Ministère de la Culture, l’Orchestre de chambre de Paris accueille à l’occasion du festival Musique à cour et à jardin des artistes et ensembles invités pour plusieurs soirées Scène ouverte.

Une phalange dont la réputation n’est plus à faire, le Concert de la Loge et Julien Chauvin monteront sur cette Scène ouverte. L’Orchestre de chambre de Paris connaît bien ce chef pour avoir travaillé avec lui à plusieurs reprises, en novembre 2020 puis en avril dernier, sur la dynastie des Bach et sur les partitions de Haydn. Ensemble, ils réfléchissaient à la façon d’interpréter des mélodies du XVIIIe siècle sur des instruments modernes. « Il faut parfois aller contre son instrument, qui se définit par des attaques plutôt moelleuses, pour obtenir des attaques qui tendent vers la timbale », expliquait ainsi le chef d’orchestre. Il a fondé en 2015 le Concert de la Loge, en souvenir du Concert de la Loge olympique, l’un des plus brillants de la fin du XVIIIe siècle. Julien Chauvin et ses musiciens jouent sur instruments anciens. Ils interpréteront à Sully des œuvres baroques, notamment Water Music de Haendel, pleine de panache et caractéristique de la musique d’apparat. Trois suites orchestrales composées en 1733 et jouées lors du périple le long de la Tamise du roi George Ier. Elles trouveront un cadre digne de leur haute extraction dans l’hôtel du surintendant des Finances d’Henri IV, Maximilien de Béthune, duc de Sully.

Coproduction Orchestre de chambre de Paris / Centre des monuments nationaux