Retour Concerts en plein air

Sérénades pour cordes

Coproduction Mobilier national / Orchestre de chambre de Paris


samedi 10 septembre 202220h

Enclos des Gobelins / Mobilier national

De 5 à 10€ Voir tous les tarifs

Réserver

Le programme

BRUCH Serenade nach schwedischen Volksmelodien, Op.posth
DVOŘÁK Sérénade pour cordes en mi majeur op. 22 B.52

Les artistes

  • Deborah Nemtanu : direction du violon
  • Avec les cordes de l'Orchestre de chambre de Paris

L’enclos des Gobelins, véritable joyau patrimonial au cœur du 13e arrondissement, accueille cette année, après un concert symphonique, un diptyque consacré au genre de la sérénade les 10 et 11 septembre.

Les sérénades pour cordes frappent généralement par leurs lignes mélodiques amples et leurs thèmes facilement mémorisables. On retrouve cette sensibilité cantabile dans la Sérénade pour cordes d’après des mélodies populaires suédoises de Max Bruch, publiée à titre posthume en 1924. L’attrait de Bruch pour les thèmes sans prétention l’amène à utiliser des airs populaires pour cette œuvre dans les dernières années de sa vie. L’harmonie limpide, la forme simple basée sur la répétition des thèmes et l’utilisation de rythmes de danse contribuent au caractère folklorique de cette sérénade, mais tous ces éléments ne contredisent nullement le lyrisme de la pièce, en particulier des IIe et IVe mouvements.

Cette réunion du léger et du lyrique est également la clé de voûte de la Sérénade pour cordes en mi majeur de Dvořák, dont les thèmes très chantants rappellent l’origine vocale de la sérénade. Le compositeur écrit d’ailleurs cette œuvre à un moment particulier de sa vie : marié depuis deux ans, Dvořák accueille en 1875 son premier enfant. Cette période heureuse est célébrée dans la Sérénade, dont l’expressivité mélodique séduit le public lors de sa création. Encore aujourd’hui, cette pièce est l’une des plus appréciées du compositeur, en particulier le « Tempo di valse » envoûtant du second mouvement.