Retour Concerts en plein air

Proust et la musique

Coproduction Centre des monuments nationaux / Orchestre de chambre de Paris


vendredi 8 juillet 202220h

Hôtel de Sully

Tarifs de 5 à 10 € Voir tous les tarifs

Réserver

Le programme

CLAUDE DEBUSSY Rêverie
CHRISTOPH WILLIBALD GLUCK La plainte d’Orphée (Orphée et Eurydice)  (arr. W. Kempff)
REYNALDO HAHN Ninette, valse pour piano n°3 extraite des Premières valses
GABRIEL FAURÉ Les Berceaux, op. 23 n°1 (arr. Shani Diluka)
RICHARD WAGNER/ FRANZ LISZT Liebestod (La mort d’Isolde, extraite de Tristan und Isolde de Wagner transcrit par F. Liszt)

Une sonate de Vinteuil :
REYNALDO HAHN Nocturne en mi bémol majeur
CÉCILE CHAMINADE Sérénade espagnole op. 50 (arr. F. Kreisler)
REYNALDO HAHN Quatuor à cordes n°1 en la mineur

Lecture d'extraits d'À la recherche du temps perdu de Marcel Proust

Les artistes

  • Serge Maggiani : récitant
  • Clémence de Forceville : violon
  • Shani Diluka : piano
  • Olivia Hughes : violon
  • Justine Zieziulewicz : violon
  • Arabella Bozic : alto
  • Benoît Grenet : violoncelle

Cette année encore, les musiciens de l’Orchestre de chambre de Paris prennent place dans la cour de l’hôtel de Sully, en plein cœur du Marais. Le bâtiment, construit au début du XVIIe siècle pour Maximilien de Béthune duc de Sully, abrite aujourd’hui le Centre des monuments nationaux et offre un cadre privilégié pour les concerts en plein air.

« Je me demandais si la Musique n’était pas l’exemple unique de ce qu’aurait pu être – s’il n’y avait pas eu l’invention du langage, la formation des mots, l’analyse des idées – la communication des âmes », écrit Marcel Proust dans La Prisonnière, cinquième tome d’À la recherche du temps perdu. La musique occupe une place centrale dans l’oeuvre et dans la vie de l’auteur : grand mélomane, admirateur de Richard Wagner, proche de Reynaldo Hahn, Proust entend dans la musique les sentiments les plus raffinés et les plus indicibles de l’âme humaine, comme cette « petite phrase » musicale de la sonate de Vinteuil qui, dans la Recherche, hante le personnage de Swann. Cette « petite phrase » s’associe dans l’esprit de Swann à son amour pour Odette et réactive sa mémoire auditive et affective tout au long du deuxième tome du cycle, Du côté de chez Swann. Bien que cette sonate soit fictive, il est clair que les sentiments de Swann trouvent leur écho dans des œuvres musicales bien réelles, notamment dans le Nocturne pour violon et piano de Hahn que nombre de commentateurs associent à la fameuse sonate de Vinteuil. Dans un programme de musique de chambre intimiste, autour de l’esthétique du nocturne et de la sérénade, ce concert fera ainsi dialoguer les textes de Proust avec des pièces de Gluck, Hahn, Chaminade, Wagner et Liszt, pour donner à entendre ce lien indescriptible que la musique noue avec l’écriture des sentiments chez Proust.

Remerciement : Mairie de Paris Centre